Quelles taxes faut-il payer lors d’un achat de Riad à Marrakech ?

vente_riad_medina_marrakech_2250129438898303661

Lorsque l’on entreprend d’effectuer un achat de Riad à Marrakech, il est important de retenir que le coût de la transaction ne se limite pas uniquement au prix de vente de riad à Marrakech. De nombreux autres frais et taxes sont à prévoir pour conclure la transaction. Nous verrons quelques-uns de ces frais dans cet article, afin que les futurs acquéreurs soient prévenus et organisent mieux leur acquisition. Les principaux frais auxquels sont soumis les futurs acheteurs de Marrakech sont les frais d’agence immobilière comme pour l’agence Immocomplice ainsi que les frais de notaire. Lorsque le bâtiment n’est pas en très bon état, il faut prévoir des frais de rénovation. Il est vrai que ce sont des charges auxquelles les investisseurs font face au bout de chacune de leur transaction, mais il reste toujours compliqué de les calculer ou de les prévoir sans un minimum d’informations.

Pour pouvoir avoir une idée des frais et taxes que l’on devra payer, il faut connaître quelques éléments de base lorsque l’on s’investit dans une transaction dans le secteur immobilier. 30 jours après avoir effectué l’achat de Riad à Marrakech, il faut que la transaction soit enregistrée et que les taxes soient payées. Les droits d’enregistrement se chiffrent à 4% de la valeur totale de la transaction pour les terrains construits. Pour les terrains nus pouvant le rester durant 7 ans, les droits d’enregistrement s’élèvent à 6% de la valeur de la transaction. Les frais de conservation foncière valent 1% du prix d’achat auxquels on ajoute 150 dirhams. Lorsqu’il s’agit de prêts bancaires, on rajoute 1% de la valeur hypothécaire du bien. Les frais du notaire qui comptent parmi les premiers frais à payer se chiffrent à 1% de la valeur de la transaction sachant que la somme doit être égale ou supérieure à 2 500 dirhams auxquels on rajoute la T.V.A de 10%.

Les taxes que l’on paye lorsqu’il s’agit d’une vente ne sont pas les mêmes que lors d’un achat de Riad à Marrakech. En effet, lorsque l’on opère une vente de bien immobilier, il faut savoir qu’il y a une différence entre les taxes que l’on paye lors de la vente d’un bien foncier non bâti et celles que l’on paye pour un bien foncier bâti. On compte trois principales taxes à payer dans le cas de la vente d’un bien foncier bâti que sont l’IRPI, la taxe d’habitation et la taxe de services communaux. Précisons que l’IRPI est l’impôt sur le revenu en rapport avec les profits fonciers.