Quelle est l’histoire de la greffe de cheveux ?

greffe cheveux

La greffe de cheveux n’est pas une technique qui date d’aujourd’hui, elle remonte à environ 70 ans au Japon. La technique était décrite par le docteur Tamura qui utilisait cette méthode sur le pubis. C’est vers 1950 que la méthode se vulgarise aux États-Unis grâce au docteur Norman Orentreich qui se servait de greffons de 4 mm. C’est ce dernier qui met en place les principes toujours dominants en termes de transplantation capillaire. Selon ces principes, les cheveux logés dans la zone occipitale du crâne ne sont pas affectés par la testostérone, et donc ne sont pas sujets à l’alopécie androgénique. Chaque cheveu ayant sa formulation génétique, cette dernière ne change pas même lorsque le cheveu est implanté dans une autre zone. Ce qui lui permet de continuer à pousser normalement. Toutefois, le père de la transplantation moderne de cheveux reste le docteur Uebel d’origine brésilienne. Il prône en 1991, l’utilisation des micros greffe et même des minis greffes pour couvrir complètement les surfaces dégarnies. Cette méthode permet de transplanter des milliers de greffons un une seule fois.

La technique des micros greffes de cheveux de Docteur Paul Benet peut être utilisée dans de nombreux cas de pertes de cheveux. Elle concerne essentiellement les patients qui souffrent d’alopécies androgéniques, d’alopécies cicatricielles, accidentelles, traumatiques, post-chirurgicales, etc. Cette solution peut aussi être appliquée chez les femmes, sur la zone fronto-pariétal qui est assez visible chez la femme. La technique de microtransplantation d’unités folliculaires est l’un des standards en termes de greffe de cheveux. Une unité folliculaire comprend entre 1 et 4 cheveux, les transplanter tels quels aboutit à un résultat plus esthétique et naturel, en plus de favoriser la survie des greffons. Les unités qui comprennent entre 1 et 2 cheveux sont disposées à l’avant et celles de 3 à 4 cheveux sont mises à l’arrière. Respectant ici l’organisation naturelle des cheveux.

L’Alopécie andro génétique, en abrégé AAG évolue avec le temps et on ne peut pas en prédire les évolutions à long terme. Il est donc préférable pour les professionnels des cheveux d’anticiper l’évolution pour chacun des cas, baser sa chirurgie sur une stratégie sur le court et le long terme. Dans ces cas il faut donner l’information la plus précise qui soit au patient. La greffe de cheveux n’est pas très douloureuse, mais cela dépend de chaque patient et de sa sensibilité. C’est une intervention qui est faite sous anesthésie locale avec une solution de lidocaïne, la même solution qui est utilisée dans le cas d’une intervention dentaire. Avant les injections de lidocaïne, une crème anesthésiante peut être appliquée. Les douleurs sont assez rares, mais on peut noter une sorte de tension au point de suture, cette dernière dure au maximum 72 heures.